Tendances mondiales du marché de l’art

Le marché de l’art englobe le commerce des œuvres et objets d’art entre différents acteurs comme les artistes, les galeristes, les courtiers d’œuvre d’art, les commissaires-priseurs, etc. Les tendances de ce marché évoluent ainsi en fonction de nombreux facteurs, notamment en fonction de la conjoncture économique. Quelles sont donc les tendances globales actuelles ?

Un marché sacrément secoué par la crise sanitaire

Depuis mars 2020, les situations économiques de nombreux pays influents dans l’économie mondiale subissent une grande onde de choc. La vie de milliards de personnes ainsi que de nombreuses activités se sont soudainement arrêtées, à cause de la pandémie de la Covid-19. Le marché de l’art n’a donc pas échappé aux effets de cette crise sanitaire à l’instar d’autres domaines tels que l’univers du divertissement. Les agences d’escortes ou de rencontres sont également impactées.

En raison de la mondialisation, les économies des différents continents sont fortement imbriquées et dépendent les unes des autres. La persistance de l’épidémie fait alors que les différents secteurs économiques ont de plus en plus du mal à redémarrer. 

Dans ces conditions, et vu que le monde culturel en général est la dernière préoccupation des dirigeants politiques en ces périodes difficiles, le marché de l’art est sacrément impacté. La plupart des galeries et des foires d’art ont dû fermer à cause des restrictions sanitaires et les grands évènements ont été repoussés pour des dates plus propices. En 2020, la baisse du chiffre d’affaires sur le marché de l’art a été estimée à plus de 50 %.

Femme s'exprimant comme une forme d'art.

Les ventes en ligne comme recours

En raison des péripéties entraînées par la crise sanitaire, le marché de l’art a dû se réinventer. Des traditionnels salons, expositions, ventées aux enchères, on est passé à des showrooms et enchères en ligne. Internet a donc permis de contourner les annulations dues à la pandémie.

La pandémie de la Covid-19 a ainsi conduit à une redynamisation des ventes en ligne. On a alors noté une augmentation de plus de 50 % des enchères en ligne. Le marché de l’art sur l’internet est devenu le nécessaire canal de promotion et de vente pour une importante partie du secteur. Cette transformation numérique s’est surtout accélérée avec l’arrivée des Non Fungible Tokens. 

Les NFT étant des titres de propriété numériques réputés inviolables, associés à un objet virtuel. Les galeries d’art et les artistes ont donc dû passer à ce modèle numérique pour retrouver leur rentabilité. La majorité des plateformes s’attendent même à un effet positif de la pandémie sur le marché en ligne à long terme.

Jolie femme exhibant son corps mince et attrayant.

La montée en puissance de Paris

Pendant longtemps, le marché de l’art a été largement dominé par l’expertise anglo-saxonne. Ainsi, Londres a toujours abrité de grandes galeries internationales. Cette tendance n’a pas encore totalement changé, mais depuis quelque temps, on note une montée en puissance de la ville de Paris au grand dam de Londres. De nouvelles galeries internationales se sont ainsi installées dans la capitale française, à l’instar de Lévy Gorvy. Sotheby’s quant à lui prévoit de s’y installer en 2023. Pendant ce temps, Christie’s est en train d’agrandir ses locaux. Au vu donc de ces évènements, Mario Tavella a tenu à préciser qu’il serait « naïf de penser que la sortie de la Grande-Bretagne de l’Europe ne joue pas en faveur de Paris, pour des questions liées au régime de la TVA applicable aux œuvres ».